Histoire d'une rupture subie

07 mai 2013

toi, l'autre.

« Des fois je me dis qu'on se ment, on se raconte des histoires. Je sais qui j'aime, je sais pourquoi je l'aime, et ce n'est pas toi. Je n'arrive pas a savoir ce que j'aime chez lui, si c'est le souvenir que j'en garde, ou si c'est la personne que j'aime. Je ne sais pas vraiment. Une chose est sur, c'est lui que je considère comme l'homme de ma vie, je nous voyais déjà avec des enfants, une belle maison, le sud... Lui, moi, un vie pour nous... Chéri, je ne sais pas ce que je fais, je ne sais pas ce que je dois faire... Tout larguer comme mes parents me l'ont proposé, ou rester m'accrocher. Je suis perdue, lessivée, laminée par la douleur, fatiguée de passer ma vie à me battre contre tout, contre moi... »  

Posté par vivre_sans à 05:07 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Tu me manques

« Tu manques à ma vie, tu manques à mes jours, tu manques à mes nuits... Je voudrais que tu me serres contre toi, que tu embrasses mon front encore, que tu m'aimes encore, que tes bras me protège encore, que tu me fasses sentir entière, pleinement vivante, tu me manques, rien ne sera jamais plus pareil maintenant, je sais que jamais plus je ne serais en sécurité, je sais que mes yeux ne brilleront plus comme ils brillaient quand je parlais de toi, quand je pensais à toi... Tout s'effondre, je ne suis plus moi, je ne suis plus qu'un fantôme, une petite chose transparente, je ne veux pas qu'on me voit, car je pleur encore et encore sur l'histoire, sur les rêves... Et comme elle me l'a dit, le pire dans cette histoire c'est que le monde ne c'est pas arrêté de tourner, et c'est vrai, le monde continue sa course folle sans se soucier que mon monde a moi, c'était toi, et que mon monde à moi c'est écroulé.»

Posté par vivre_sans à 05:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Désespoir

« J'ai bien imaginé de me mettre une balle...

J'ai mal au cœur, j'aimerais tellement te serrer encore dans mes bras... Te regarder, jouir de ton sourire, m'endormir près de toi, encore et encore et encore....

Écris moi, écris moi ne serait-ce qu'un mot, écris moi...»

Posté par vivre_sans à 05:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un souvenir, un reve

« Je me surprend a rêver, rever de quoi ? Rever de toi, de te retrouver, je me surprend a esperer un appel skype ou l'on pourrait discuter, je me surprend a attendre encore ce sms, cet appel, mais ils n'arrivent pas, il ne se passe rien, tu me manques, tu me manques tant... voilà mon semestre bientôt fini, voilà que je ne descendrais pas pour l'été, voilà qu'on ne va pas emménager ensemble, voilà que le reve a pris fin... voilà que c'est fini... je remémors plein de chose, le moment ou tu m'as dit que tu aimerais me faire mère, celui ou je t'ai avoué que je te verrais bien père... celui ou je t'ai serré dans mes bras la premiere fois, celui ou tu m'a soufflé que tu étais amoureux de moi, celui ou je t'ai pris la main pour te dire que j'acceptais de vivre la avec toi... Le soulagement dans ta voix quand tu as compris que je n'étais pas coincé a lyon pour mes études... J'aimerais que tout ça arrete de me poursuivre, de me torturer, de me bouffer, j'aimerais oublier tout ça, tout jusqu'au dernier instant, je voudrais t'oublier, toi et tous les souvenirs, j'voudrais hurler ma douleur, j'voudrais que quelqu'un m'entende, j'voudrais te frapper, que tu ais mal, comme moi en cet instant, j'voudrais arreter d'attendre un signe de toi, j'voudrais que mon monde tourne rond, sans toi, mais je voudrais qu'il roule, avec toi... j'aurais tellement de choses a écrire ce soir, mais tout ça c'est perdu dans la masse, je me suis perdue aussi, tu me manques, et rien de tout ça ne te fera revenir, et je sais, que tu ne reviendras pas. Mais je t'aime moi, non pas comme les grand, mais pour de vrai. »

Posté par vivre_sans à 05:10 - Commentaires [5] - Permalien [#]

Happy B.

« J'ai fêter mon anniversaire il y a peu, en vérité, il y a 3 jours, j'ai espéré, j'ai prié un message de toi, mais rien, mon téléphone est rester silencieux et toi aussi... J'attends, encore tu sais, j'attends, je t'attends toi... Je n'arrive pas a faire autrement, j'aimerais, mais c'est comme si le temps m’empêchais d'avancer, de faire un pas vers l'avenir, de faire un pas pour moi, car je ne pense plus qu'à toi, tu me hantes, tu me bouffes, je pourrais passer des heures entières a hurler, mais en vain vois-tu ? Souvent je m'imagine au bord d'un falaise, d’où je pourrais sauter, je m'imagine arriver en courant, être stopper dans mon élan par le vide, reculer, courir a nouveau, sauter... Sauter dans le vide, ce vide immense, arriver avec fracas dans l'eau, couler... ne pas me débattre, ne pas nager, couler, laisser couler ma peine, couler, ne plus penser, ne plus souffrir, couler. Ici, il paraîtrait que je fais semblant, que je ne souffre pas vraiment, que j’exagère, mais personne ne sait, personne ne sait comme ma poitrine se tord, s'ouvre, comme mon être se fracture, comme chaque morceau s'effondre, comme je meurs, personne ne ressent mon immense peine derrière mon sourire de façade, mon rouge a lèvre toujours impeccable, personne ne peut voir que je suis au bord du gouffre malgré les médicaments, j'aimerais juste m'effondrer, mourir, j'aurais tant fait pour toi, j'aurais tant donné, j'aurais fais que tu ne te sentes jamais seul, jamais abandonné, jamais vaincu par la vie ou les épreuves, mes bras toujours ouvert a ton être, mes mains sur tes joues prêtent a sécher chacune de tes larmes, chasser chacune de tes fièvres, de tes doutes, tu m'aurais faite mère, je t'aurais fait père, avec tous les avantages et inconvénients que cela apporte, j'aurais créé la famille dont tu rêves, j'aurais conquis le bout du monde pour toi, mais voilà, la bulle de mon rêve s’évanouit, je me réveille, je me souviens, c'est mon anniversaire, je le fête seule, sans toi, sans personne. Je suis seule, encore, sans toi, toujours. »

Posté par vivre_sans à 05:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


11 mai 2013

Tu es... Ma torture

« Cette envie toujours de sauter d'une falaise, l'air qui fouette mon visage... Ma bulle, mon espoir, mon moyen de respirer, partir loin d'ici, mon rêve, alors j'ai trouvé une école a 800km de chez moi, a l'autre bout de la France chez toi, j'ai ce besoin de me dire que si je pars, je vais te manquer, alors qu'en fait, je ne sais pas, je ne sais rien de toi au jour d'aujourd'hui, je suis perdue dans le monde, je me disais que j'allais partir aux états unis rejoindre des amis, parce que si je ne suis plus a porté de tes mains, si je t'enlève cette facilité de me retrouver, je vais te manquer, tu vas faire volte face, me rappeler, me parler... Si je pars, si je pars loin, alors je pourrais peut être enfin te manquer, peut être enfin reviendras-tu, si je m'enfuis d'ici, peut être alors tu te retourneras, peut erre alors... Peut être alors que je te manquerais... Tu vois ? Je m'égare encore, on m'a conseillé de travailler sur mes sentiments plutôt que sur les tiens ou je n'ai aucune emprise, mais je n'y arrive, je ne veux pas, tu es ce qui fait que je me bat, que je respire encore, tu es ce qui me garde vivante, tu es... J'aimerais que tu me regardes, que tu te souviennes pourquoi...Tu es mon espoir, mon mode de vie, et c'est horrible, je devrais pas, je devrais pas faire de toi mon unique motif de vie, je devrais vivre pour moi, je devrais... Mais je n'arrive pas, chaque jour s'apparente a une torture parce que tu représentes mon seul chemin, la seule chose qui me guide, et c'est de la folie, je devrais dépasser tout ça, mais je veux pas, je m'accroche encore et encore à mes souvenirs, je me torture encore et encore. »

Posté par vivre_sans à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mai 2013

madness

« J'ai posé un genou à terre,incapable de me relever, incapable de bouger, incapable de survivre, car c'est bien de ça qu'il s'agit, survivre. Keny Arkana a chanter « l'espoir c'est la vie, si tu n'en as plus tu es comme mort, et vivre relève de l'exploit », je ne sais pas si elle a raison ou pas, mais ma vie est sans cet espoir si vitale, si important, si vivant... Ce qui est toujours la, toujours présent, c'est cette angoisse, si tenace, si étouffante, j'en vomirais si c'était possible, si cela pouvait stopper les torsions de mon ventre, les boules dans la gorge, le souffle coupé... Ces temps ci mes rêves recommencent, plus oppressants, plus torturant, chaque réveil se fait plus douloureux, j'en regrette presque de me réveiller encore chaque matin, et chaque fois je voudrais fuir, encore et encore, toujours plus vite, plus loin, comme si le vent qui allait siffler dans mes oreilles allait emporter avec lui ton souvenir, je voudrais tuer mon cœur, je voudrais être malade, ou folle, être comme Dexter, incapable de ressentir la moindre chose, même si lui aurait sûrement préféré être autrement, être comme moi. Il y a un moment, ce moment, ou la fatigue m’empêche d'écrire, mais mon cerveau refuse de dormir, je ne veux pas rêver de toi, pas encore, pas ce soir, oublie moi sommeil, passe ton chemin, laisse moi encore écrire et regarder dehors, le jour se lève, laisse moi admirer le soleil qui se lève encore, qui me rappelle que le monde tourne encore, que le temps passe, que ma vie file, sans toi... »

Posté par vivre_sans à 02:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juin 2013

"tu me dis Que c'est comme un sortilège D'être seul à présent"

« Est-ce le temps qui me manque ? C'est un naufrage... Je ne peux plus, je pense sérieusement au pire en ce soir si chaud et si noir, je suis seule, et tu me manques, toi qui ne te serais jamais permis de me traiter si mal, de me manquer de respect, tu me manques, j'aimerais tellement t'appeler, entendre ta voix si douce et chaude, pouvoir fondre en larme et t'écouter me réconforter, que tes bras m'entourent, toutes ces choses qui n'arriveront plus jamais, toute ces choses qui me semble indispensable a ma vie. C'est fini je sais, je sais je sais je sais je sais je sais

Tout me paraît si insurmontable, il y a des jour ou ça va franchement bien, et il y a des jours, de nombreux jours, ou ça n'avance pas, ou je suis coincée, ou pleurer ne sert a rien, ou rien ne sert a rien, tu me manques terriblement, je ne m’étais jamais sentie autant entière et complète qu'a tes cotés, et ça me manques, cette invincibilité, maintenant que je suis impuissante, j'aimerais tellement tellement mourir, que Dieu me pardonne pour ses sombres pensées mais j'arrive au bout de moi même... »

Posté par vivre_sans à 01:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2013

Story

« Il paraît qu'il vaut mieux être seule que mal accompagnée, est ce si sur ? Depuis que tu m'as laissé seule, j'aimerais être n'importe ou ailleurs, avec n'importe qui, qui ne pourrait que l'espace d'un instant comblé l'immense vide dans lequel j'ai sombré. Je cherche l'étincelle de vie, la flamme qui brûlerait encore, quelqu'un qui pourrait la raviver, mais sans toi, sans toi ce n'est plus possible. Elle m'a dit que ce qu'il me manquait c'est la stabilité que tu apportais à ma vie, l'espoir d'un futur heureux, d'une famille comblée, la perspective que tout change. Mais voilà, on en est au même stade, j'ai arrêté d'avancer, et voilà, tu me manques encore, chaque jour que Dieu m'offre de vivre, tu me manques, ce gros vide me mange toute entière, car tu n'es plus la pour tenir ma main, attraper mon bras, ne pas me laisser manger, tu n'es plus là. Et ça, personne ne le voit.»

Posté par vivre_sans à 02:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2013

toi, moi et mon masque

"Je me maquille, les larmes au yeux, prêtent à glisser sur mes joues et faire couler le noir qui les encerclent, mais je me maquille quand même, parce qu'il le faut, il faut que les gens pensent que ça va, mais s'ils savaient me voir comme ils le prétendent, ils verraient que ce n'est que façade, rire sourire et aimer..."

Posté par vivre_sans à 15:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]