« Je ne sais pas si c'est la vie ou le temps, mais quel qu'il soit, il m'a enlevé quelque chose de précieux, souvent. L'espoir est l’oxygène de la vie. Suis-je morte ? Ou retins-je seulement ma respiration en t'attendant ? Car on me l'a fait remarqué, je ne fais qu'attendre que tu reviennes et on m'a dit que j'avais l'air d'une petite chose fragile. Si j'étais un miroir, je serais brisé, au sol, éclaté, c'est comme ça que je me vois, en éclat, fissurée de part en part. Bien sûr que je t'attend, je ne veux pas un jour me dire que l'attente n'était pas suffisante, que je n'ai pas été assez patiente. Je me fiche de passer à coté d'autres histoires, tu es la seule histoire qui m'inspire, qui me fait rêver, qui me fait tenir. Je fais pas mal d'erreur ces temps ci, des erreurs horreurs je dirais, je me fais du mal, je m’abîme encore, le corps et le cœur, Elles me diraient que je m'autodétruis si elles lisaient ça, ou si elles m'entendaient me parler, elles diraient que c'est stupide d'attendre, qu'il faut que je me réveille, mais je ne veux pas me réveiller, pas sans toi, pas encore, je ne crois pas être prête pour affronter tout ça, tu me manques. »